La construction de la Centrale de l'Isle-Maligne

© Rio Tinto Alcan

Le 24 avril 1925, tous les habitants de la ville d’Alma sont réunis sur les bords du Saguenay. Au milieu de la rivière, il y a l’Isle-Maligne sur laquelle des ingénieurs et des ouvriers ont construit un immense barrage et une centrale hydroélectrique.

Après deux ans de travaux, c’est la fête ! Sous les applaudissements de la foule, une énorme turbine vient de produire ses premiers kilowatts. Au mois de mai, on installe sept autres turbines et, à la fin de l’année 1925, la Centrale de l’Isle-Maligne devient la plus puissante usine d’électricité du monde. Elle produira 402 mégawatts d’électricité par an, un record que battra la centrale de Shipshaw, qui entrera en service pendant la Seconde Guerre mondiale.

Cette Centrale de l’Isle-Maligne va permettre à toute la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean de se développer. On va pouvoir produire plus de bois pour construire des maisons, davantage de pâte à papier pour imprimer des livres et des journaux, et fabriquer beaucoup d’objets en métal, que ce soit des casseroles, des locomotives ou des chaises…

Depuis la centrale, on va tirer une ligne à haute tension jusqu’à l’usine d’aluminium d’Arvida, en face de Chicoutimi, et une autre vers Québec, pour mieux éclairer la ville.

Aujourd’hui, la Centrale de l’Isle-Maligne appartient à Rio Tinto Alcan. En juin 2008, sa puissance a été augmentée à 448 mégawatts et, avec d’autres centrales de la région, elle sert à produire plus de un million de tonnes d’aluminium par an.

À toi de juger !

Combien d’étoiles accordes-tu à ce projet?

 
Ce projet arrive présentement :
7e/10