La Voie maritime
du Saint-Laurent

© Ministère des transports du Québec

Le 26 juin 1959, la reine Élisabeth, le président américain Eisenhower et le premier ministre du Canada John Diefenbaker inaugurent la Voie maritime du Saint-Laurent.

À cause de ses rapides, le fleuve est difficilement navigable entre Montréal et les Grands Lacs. Longue de 3700 km, la nouvelle voie maritime va permettre aux navires venant de l’Atlantique de pénétrer jusqu’au cœur de notre continent. Elle dessert un territoire plus vaste que l’Europe, où vivent près de 90 millions de personnes. Au Canada comme aux États-Unis, des milliers d’emplois dans d’innombrables industries seront créés.

Plus de 500 ingénieurs canadiens et américains feront construire des écluses, creuser des canaux, bâtir des ponts ; de nouvelles routes et lignes ferroviaires donneront accès aux ports situés le long de la voie navigable.

Depuis l’ouverture de la Voie maritime — dont les travaux ont duré cinq ans et coûté plus de un milliard de dollars —, plus de 2,5 milliards de tonnes de marchandises évaluées à près de 375 milliards de dollars y ont été transportées.

Entre Montréal et le lac Ontario, des chantiers navals ont construit de longues barges étroites pour transporter du minerai de fer depuis la Côte-Nord jusqu’aux aciéries américaines, puis revenir des Grands Lacs avec des céréales et divers produits manufacturés. Mais pour faire face à la concurrence étrangère, ces chantiers furent convertis dans les années 1980 pour produire des turbines, des locomotives et des plateformes de forage.

En 2009, la Voie maritime du Saint-Laurent a fêté son 50e anniversaire. Aujourd’hui modernisée, elle demeure un bel exemple de coopération entre pays voisins.

À toi de juger !

Combien d’étoiles accordes-tu à ce projet?

 
Ce projet arrive présentement :
10e/10